3 100 milliards de fonds illicites transitent par le système financier traditionnel en 2023

Selon un rapport de la société boursière Nasdaq, 3 100 milliards de dollars de fonds illicites ont transité par le système financier traditionnel en 2023. Accusées d’être des outils aux services des criminels, les cryptomonnaies ne sont pas mentionnées dans le rapport.

Criminalité financière globale et le rôle du système financier traditionnel

Le principal canal de financement de la criminalité mondiale demeure le système financier traditionnel. C’est en tout cas ce qu’affirme la société boursière Nasdaq dans son “Global Financial Crime Report”, un rapport mettant en lumière l’ampleur de la criminalité financière au cours de l’année écoulée.

Dans son rapport, Nasdaq estime que 3100 milliards de dollars des fonds illicites ont circulés dans le système financier traditionnel en 2023. Selon les estimations de la société boursière, 782,9 milliards de dollars ont servi au trafic de la drogue. Les pertes liées aux fraudes et escroqueries bancaires sont également évaluées à 485,6 milliards de dollars. Par ailleurs, le trafic d’êtres humains et le financement ont été financés à hauteur de respectivement 346,7 milliards et 11,5 milliards de dollars.

W1sUkBwQPzaCDBlL26l2pGtP5iZJKfi5A15 sl2FLS8BgBEUeVkXvcxFVonexliDeSwFmSwauteNOZW - Coinpri
Volume des transactions financières illicites à travers le système financier traditionnel mondial en 2023

Il est intéressant de constater que le rapport de Nasquaq ne fait aucune mention de Bitcoin, crypto ou stablecoins. Dans l’opinion publique, ce sont pourtant ces actifs numériques qui sont considérés comme des instruments de fraude.

Démystifier les accusations d’argent sale sur les cryptomonnaies

L’ampleur de la criminalité financière à travers le système financier traditionnel est alarmante. Pourtant, certains acteurs refusent de voir cette réalité en face. Les accusations présentant la cryptomonnaie comme outils de criminalité sont fréquentes. L’ONU, la BCE ou encore le prix Nobel Paul Krugman… plusieurs acteurs présentent souvent les cryptomonnaies comment moyens de blanchir l’argent et de financer le terrorisme. Les faits disent pourtant le contraire.

Selon une ressente étude de Chainalysis, les fonds illégaux ayant transité par la crypto en 2023 sont évalués à 24,2 milliards de dollars. Ce montant ne représente que 0,34% du volume total des transactions crypto en 2023. En comparant ce montant aux 3 100 milliards de dollars financements illicites passés par le système financier traditionnel, on se rend bien compte à quel point l’écart est profond. La part des fonds illégaux passant par la crypto ne représentent que 0,7% des flux illégaux via le système financier traditionnel.

En Irlance, les criminels préfèrent recourir aux banques et institutions financières au lieu de la crypto. Le rapport de Nasdaq nous rappelle qu’il ne s’agit pas que d’une réalité de l’Irlande mais une tendance mondiale. Le combat des régulateurs financiers mondiaux contre la criminalité financière doit être mieux orienté. La priorité dans ce combat devrait être axée sur les banques et institutions financières traditionnelles. Grace à la transparence et la traçabilité de la blockchain, la crypto a des atouts intrinsèques pour lutter contre les crimes comme la traçabilité.