Les stablecoins, le nouveau repaire des cybercriminels ?

Depuis plusieurs années, le Bitcoin était souvent pointé du doigt comme l’instrument de prédilection des criminels pour mener leurs activités illicites. Cependant, selon un expert crypto, Tara Annison, cette tendance pourrait être en train de changer. Les criminels semblent progressivement délaisser le Bitcoin au profit des stablecoins, une alternative offrant une voie plus aisée pour leurs transactions illégales.

Les Stablecoins, le nouvel eldorado des cybercriminels

Dans l’univers crypto, les criminels ne cessent de faire preuve d’ingéniosité, explorant sans relâche de nouvelles méthodes pour mener leurs activités illicites.

Pendant longtemps, le Bitcoin était considéré comme la monnaie de prédilection pour les activités illégales, mais cette tendance est en train de changer. Une récente observation remet en question la suprématie du Bitcoin en tant que choix favori des criminels pour leurs opérations frauduleuses.

Lors de sa présentation à l’EthCC à Paris, Tara Annison, ancienne responsable du conseil technique chez Elliptic, a révélé un changement de cap : les criminels se tournent désormais davantage vers les stablecoins, en particulier l’USD Coin (USDC), pour mener leurs opérations.

Cette évolution pourrait être attribuée à l’émergence de protocoles de la Finance Décentralisée et surtout, à la discrétion offerte par les stablecoins lors des transactions illicites.

Les criminels utilisent l’USDC car il est très facile de la blanchir via les DEX.

Déclaration de Tara Annison

Cependant, tout n’est pas négatif. Annison souligne un avantage potentiel pour les forces de l’ordre et c’est un avantage de taille ! Les émetteurs centralisés, tels que Circle, peuvent geler des USDC spécifiques, empêchant ainsi les criminels de convertir leurs actifs en monnaies fiduciaires via des DEX ou des plateformes centralisées. Cette mesure pourrait être un atout précieux pour contrer les activités illégales liées aux stablecoins.

Escroqueries et Nouvelles Pratiques

Outre les préoccupations liées aux stablecoins, les escroqueries continuent de hanter le secteur crypto. Les criminels, toujours plus ingénieux, ont désormais recours à des techniques sophistiquées, comme l’échange de chaînes, pour dissimuler leurs traces. Ils utilisent une variété d’outils, des DEX aux mixeurs crypto tels que Tornado Cash, afin de compliquer les investigations des entreprises spécialisées dans l’analyse de la blockchain.

Cependant, une lueur d’espoir se profile, car les escroqueries crypto ont connu une baisse significative de 46 % par rapport aux années précédentes. Selon Annison, cette diminution pourrait être liée au marché baissier actuel de la crypto, qui rend l’ensemble du secteur moins lucratif pour les criminels.

En somme, les méthodes employées par les criminels évoluent constamment dans la cryptosphère. Cependant, il est crucial de garder à l’esprit que les cyberattaques perdureront tant que le secteur sera attractif pour les criminels. Une vigilance accrue est donc nécessaire pour tous les acteurs de l’industrie, avec la mise en place de mesures de sécurité adaptées pour contrer efficacement les activités illégales.