Oman inaugure un centre de mining à 370 millions de $

Alors que nombreux gouvernements critiquent et combattent la cryptomonnaie, la tendance semble être contraire dans les pays du golfe. En effet, le gouvernement d’Oman a annoncé il y a quelques jours la mise en place d’un nouveau centre de mining. Valorisé à 370 millions de dollars, ce centre vise à promouvoir la cryptomonnaie dans le pays.

Oman se lance dans le mining crypto

Le mining de la cryptomonnaie est au centre de critiques virulentes depuis des années. Ce n’est pas pour autant que cette activité recule dans le monde, bien au contraire. Après des entreprises privées, c’est maintenant des gouvernements qui se lancent dans le mining crypto. En effet, les autorités omanaises ont inauguré le centre de mining crypto Afaaq for Advanced Technologies, annonce un média local. 

Valorisé à plus de 370 millions de dollars, ce centre créé par Exahertz International ambitionne d’accroître sa capacité de mining. Évalué actuellement à 2 000, le nombre des machines de mining crypto du centre devrait passer à 15 000 d’ici octobre. Par ailleurs, le centre servira de cadre d’éducation sur la blockchain. Des programmes de stage pour jeunes et de formation pour les locaux seront notamment mis en place pour faciliter les transferts des connaissances sur la blockchain. 

Ce centre devrait permettre de créer des nouvelles opportunités économiques pour les Omanais, espère Sam Ferdows, PDG de Moonwalk Systems, partenaire de Exahertz International. Ce vœu est partagé par le ministre des transports, des communications et des technologies de l’information d’Oman.

La course vers la crypto au Golfe

L’inauguration du centre de mining d’Oman confirme la volonté de ce pays de se conforter comme cryptofriendly. Il devra tout de même faire face à la forte concurrence d’autres Etats du golfe.

Au Bahrain, la cryptomonnaie est tellement répandue qu’elle facilite désormais l’accès à l’immobilier.

En Arabie saoudite, les autorités envisagent de réglementer la cryptomonnaie au lieu de l’interdire. Cela pousse nombreux acteurs du pays à s’intéresser au web3. C’est notamment le cas d’Aramco, la société nationale d’hydrocarbure.

Aux Émirats arabes unis, la blockchain est utilisée jusque dans les juridictions judiciaires du pays. Il va de soi que le taux d’adoption de la cryptomonnaie dans le pays est le plus élevé au monde.

Le centre de mining crypto d’Oman renforce donc cette dynamique intéressante d’ouverture à la blockchain dans la région du golfe persique.