Binance déliste Monero, la sulfureuse crypto en chute libre de 30%

Le géant des échanges de crypto-monnaies Binance a annoncé le 6 février qu’il allait retirer de sa plateforme plusieurs cryptos, dont Monero. Suite à cette annonce, la valeur du jeton Monero (XMR) s’est effondrée de 30%, atteignant son plus bas niveau depuis juin 2022 !

Binance retire le Monero (XMR) de sa liste

C’est un véritable séisme qui secoue le monde de la crypto. Binance vient d’annoncer le retrait prochain de plusieurs cryptos, dont Monero (XMR). La nouvelle a provoqué un vent de panique : en quelques heures à peine, la valeur du jeton Monero s’est écroulée de 30 %, le cours du Monero est tombé à 104 $, son plus bas niveau depuis juin 2022. Il s’est légèrement repris depuis, à 128 $.

Les détenteurs de Monero sur Binance pourront encore convertir leurs avoirs en stablecoins jusqu’au 20 mai 2024. Passé cette date, Binance n’assure plus la conversion. Outre le Monero, Binance a également annoncé le retrait de trois autres cryptos : l’Aragon (ANT), le Multichain (MULTI) et le Vai (VAI).

Si Binance met en avant sa volonté d’assainir le secteur, le timing de cette annonce surprise interroge. Elle intervient en effet quelques semaines seulement après les déboires judiciaires aux États-Unis de Changpeng Zhao, l’ancien patron du premier exchange.

Fraîchement accusé pour blanchiment d’argent et contraint de payer une amende record de 4,5 milliards de dollars, CZ serait-il en train de faire le ménage pour redorer le blason terni de Binance ? C’est en tout cas l’avis de John Brown, célèbre trader, pour qui « ce retrait marque la lente disparition de Binance »

En effet, la pression des régulateurs atteint des sommets outre-Atlantique, Binance étant désormais bannie en Floride et en Alaska.

Une crypto controversée !

Monero traîne une réputation sulfureuse. Elle fait partie des cryptos anonymes permettant de dissimuler toute trace des transactions et a souvent été dénoncée pour son utilisation massive à des fins illicites, notamment sur le darkweb. Binance l’a d’ailleurs signalée en janvier comme crypto « à risque ».

Rappelons que Binance procède régulièrement à des revues drastiques des actifs référencés sur sa plateforme, au nom de la conformité réglementaire. Volume, liquidité, sécurité… si une crypto ne satisfait plus ses critères stricts, la sanction est immédiate : le delisting pur et simple.

Mais Binance n’est pas le premier à prendre ses distances avec la sulfureuse Monero. OKX a également décidé de la retirer de sa liste début 2024. Cependant, ce retrait des deux leaders sonne le glas pour l’une des crypto-stars, affichant plus de 2 milliards de capitalisation.

L’onde de choc inquiète jusqu’aux plus fervents supporters de Monero. Les mastodontes Coinbase et Crypto.com vont-ils également tourner le dos à la crypto calcinée ? Difficile d’imaginer un avenir radieux pour Monero ainsi mise au ban du système…