Le mining Bitcoin résiste à l’offensive de l’administration Biden

La communauté minière de Bitcoin aux États-Unis a remporté une première manche face aux autorités. Suite à son action en justice, un tribunal a ordonné la suspension de l’enquête du ministère de l’Énergie visant à collecter des données sur leur consommation énergétique.

Les mineurs de Bitcoin bloquent l’enquête intrusive sur leur consommation énergétique

Alors que de plus en plus d’opérations minières se relocalisent aux États-Unis, représentant près de 38 % du mining mondial de Bitcoin, la question de la consommation d’énergie devient une préoccupation croissante. Pour résoudre ce mystère, l’Energy Information Administration (EIA) s’était lancée en janvier dans une étude sur la consommation énergétique du mining Bitcoin, une initiative qui n’a pas été bien accueillie par les sociétés minières du pays.

Le gouvernement américain a temporairement suspendu son enquête controversée sur la consommation énergétique des mineurs de Bitcoin suite à l’action en justice déposée par Riot Blockchain Inc, l’une des plus grandes sociétés minières cotées aux États-Unis; ainsi que par le Texas Blockchain Council. Ils ont affirmé que l’enquête menée par l’EIA était illégale et politiquement motivée.

Dans une ordonnance révélée le 23 février par le vice-président de la recherche chez Riot, le tribunal s’est prononcé en faveur des mineurs de Bitcoin. Le tribunal critique en effet l’action de l’EIA comme arbitraire et constituant un abus de pouvoir discrétionnaire. Cette décision a conduit à une suspension de l’enquête pendant un mois et à la mise en quarantaine des données déjà collectées.

La décision du juge a été applaudie par de nombreux acteurs de l’écosystème crypto, qui estiment que le secteur du Mining de Bitcoin est soumis à un traitement inéquitable par rapport à d’autres industries énergivores.

Le mining Bitcoin contribue à la transition énergétique

Malgré sa forte consommation électrique, l’activité minière de Bitcoin peut contribuer positivement à la transition énergétique en exploitant des sources d’énergie renouvelables ou excédentaires qui seraient autrement gaspillées.

Aux États-Unis, l’essor rapide de l’exploitation minière s’appuie largement sur l’abondance de gaz naturel bon marché, notamment au Texas. Plutôt que de brûler ce gaz excédentaire et de le libérer dans l’atmosphère, de nombreux mineurs l’utilisent pour alimenter leurs centres de calcul.

Cette symbiose énergétique permet ainsi de donner de la valeur à une énergie qui serait autrement perdue, tout en soutenant le réseau électrique local. 

Malgré ces avantages, le mining du bitcoin suscite encore des inquiétudes quant à son empreinte carbone. Certains médias et ONG verts accusent même le Bitcoin d’être un désastre écologique et un frein à la lutte contre le changement climatique.

Cependant, la plupart des analystes jugent ces accusations largement exagérées. Même en tenant compte de sa consommation électrique en forte hausse, l’exploitation minière de Bitcoin ne représenterait encore que 0,38 % de la consommation énergétique mondiale, selon une étude de l’Université de Cambridge publiée en 2023. De plus, une étude du Bitcoin ESG Forecast, révèle que 54,5 % de l’énergie utilisée dans le mining du Bitcoin en janvier 2024 est durable.

Grâce à l’innovation technologique dans ce secteur, son empreinte carbone pourrait être réduite de plus en plus.